Éclairage public les pieds dans l’eau

La Seine est en crue. Comme ses frères le niveau du fleuve subit les récents épisodes de pluies. À Paris c’est dans la nuit du 3 au 4 juin 2016 que la Seine a débordée. Les installations d’éclairage public sont les premières impactées. En amont de la capitale les dégâts sont importants. Dans Paris le spectacle est… beau.

 

6,10 mètres

C’est la hauteur du pic de crue de la Seine mesurée dans Paris à 1h30 du matin le 4 juin 2016. Ça tombe bien, on y était ! Nous voilà rendus sur les lieux pour admirer et immortaliser les caprices du fleuve. L’eau est montée jusqu’au cou de certains luminaires. Vous pensiez que l’éclairage public ait nécessairement disjoncté ? Regardez, vous serez surpris !

Si l’on se fie aux points lumineux qui fonctionnent encore pendant de l’inondation, on constate que les candélabres en fonte résistent mieux que les autres. L’eau semble y pénétrer moins facilement.

Pourquoi ?

L’absence de fourreau sur ces anciens réseaux d’éclairage public peut être une explication. Lors de telles circonstances les fourreaux deviennent de véritables canalisations qui permettent à l’eau d’être acheminée en tous points situés sur le même niveau (mâts, armoires électriques…). Sans fourreau ou s’ils se bouchent avec le temps, l’eau ne transitera pas d’un point lumineux à l’autre, d’une armoire électrique à la suivante. L’autre condition étant que la porte de visite du mât soit suffisamment en hauteur ou rendue étanche (par exemple involontairement lors des opérations de re-peinturage des mâts). En l’occurrence vu la hauteur d’eau, on mise plutôt sur la seconde option. Enfin, bien que cela soit peu probable, il est possible que les organes de protection ne soient pas placés en pied de poteau.

Quoi qu’il en soit, de par leur usage en fonctionnement normal, les éléments électriques des réseaux d’éclairage public ne présentent pas un indice de protection suffisant qui leur permet une immersion temporaire (IP67) ou prolongée (≥IP68). Il est donc normal (pour ne pas dire recommandable) que les points lumineux disjonctent suite aux courts-circuits provoqués par l’eau stagnante.

Les organes électriques qui seront les plus endommagés seront les appareils électroniques qui seront détruits par l’eau.

Bon… en attendant la décrue, nous on va se baigner (et loin des mâts en fonte pour ne pas finir comme Claude François…). 🐳

Photos


Votre ville est aussi touchée ? Envoyez-vous vos photos ou retour d’expériences ! Par exemple en ajoutant un commentaire ci-dessous, ici sur le forum ou encore là sur la page Facebook.

Un commentaire

  1. D’expérience, je ne parierai pas sur l’étanchéité mais plutôt l’absence de différentiel à l’armoire et un sur calibrage des fusibles !

    Conclusion, avec ou sans crue, j’éviterais de toucher les supports…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *