Lumière sur Terre, Terre en lumière

Depuis 2012, grâce aux nouveaux satellites, il est possible de visualiser, quantifier et mesurer l’incidence de l’éclairage artificiel terrestre depuis l’espace. La lumière naturelle n’est pas en reste puisque l’on découvre avec un regard particulier les aurores boréales ainsi que les éclairs des orages. Le spectacle est saisissant.

 

La Terre, la nuit, vue de la Station Spatiale Internationale (ISS).

 

Auparavant, des simulations de l’éclairage artificiel existaient. Aujourd’hui il s’agit de photographies du réel. Pour mieux comprendre comment les villes sont éclairées, des chercheurs ont analysé ces images et les récentes données disponibles sur le sujet. Ils livrent leurs conclusions dans une étude parue en décembre 2014 dans la revue Remote Sensing. Voici quelques unes de leurs conclusions.

terre vue de l'espace eclairage public
city_lights_europe_africa_HD_eclairage_publicLa Terre vue depuis l’espace.

 

Répartitions

Se basant sur l’exemple de Berlin, l’analyse montre que la lumière artificielle visible depuis l’espace est généré par l’éclairage :

  • des rues (32%)
  • des zones industrielles (16%)
  • des espaces publics (10%)
  • des immeubles (8%)
  • du cœur de ville (6%)
  • des pistes d’atterrissage des avions (4%)

Cette proportion varie selon les villes.

Il est intéressant de remarquer que la lumière n’est pas vraiment visible depuis l’espace lorsqu’elle est totalement orientée vers le sol notamment s’il est sombre. Quant à eux les revêtements clairs réfléchissent la lumière vers le ciel. Elle devient ainsi davantage perceptible. Les bâtiments et les arbres contribuent également à cacher l’éclairage en lui faisant obstacle. Ainsi, une zone qui ne parait pas tellement lumineuse n’est pas forcément peu éclairée.

earth_lights_terre_eclairage_lumiereCarte du monde montrant l’éclairage nocturne visible depuis l’espace.

Lumière = richesse ?

Globalement, la lumière montre la richesse et l’essor économique des villes. Les chercheurs précisent que « les régions où l’activité économique est forte sont naturellement très éclairées. » À l’échelle Européenne, l’Ouest brille en effet plus que l’Est.

L’exemple de Berlin est d’ailleurs frappant. Même si aujourd’hui son éclairage est en cours d’uniformisation, son histoire influence encore la répartition de son éclairage. Les différences d’éclairages entre les deux anciennes parties de Berlin restent perceptibles. Berlin Est (ex-RDA) est visible en orange car éclairée depuis longtemps avec des lampes au sodium haute pression (SHP) tandis que l’Ouest (ex-RFA) est baigné d’un éclairage blanc (gaz, lampes à vapeur de mercure et tubes fluorescents). Il est d’ailleurs intéressant de remarquer que Berlin adopte depuis quelques années un éclairage blanc chaud plus qualitatif (lampes iodures métalliques et LED) qui est également un bon moyen d’uniformiser la ville pour mettre définitivement fin à cette fracture visuelle toujours actuelle.

carte eclairage nocturne ciel lumiere Berlin

Berlin la nuit (image prise en 2013).

 

« Au sein d’un même pays, les différences politiques, culturelles, économiques ou historiques peuvent influer sur le niveau d’émission de lumière. »

 

Au niveau mondial, la quantité de lumière artificielle du territoire des États-Unis est très importante. « Une ville américaine de 100 000 habitants émet cinq fois plus de lumière jusque dans l’espace qu’une ville allemande de taille équivalente. » La présence de luminaires équipés de vasques à réfraction, l’inclinaison des lanternes, la largeur des chaussées, le peu d’arbres en ville et les excès quantitatifs de la lumière artificielle contribuent au fait que l’éclairage des villes américaines impacte fortement le ciel. Selon une étude publiée en 2002, il ne resterait en 2025 que trois petites zones du pays où il serait possible de contempler la Voie lactée.

Liberté ?

La lumière visible depuis l’espace nous renseigne aussi de la situation politique Nord-Coréenne. Dans ce pays où la dictature est reine, l’absence d’éclairage artificiel interdit la vie nocturne. En Corée du Nord loisirs, sorties, plaisirs et libertés sont interdits. L’obscurité venue on s’isole et dort.

Japan-and-north-south-korea_eclairage_publicVue de l’espace, on voit clairement que la Corée du Nord est pratiquement dépourvue de tout éclairage nocturne artificiel. Notons que les points lumineux sur l’Océan sont créés par les milliers de navires de pêche.

 

De la magie aux excès

Si toutes ces lumières artificielles dessinées par l’homme deviennent magiques avec un tel point de vue, ces images révèlent aussi la présence croissante de la pollution lumineuse. Il s’agit de la lumière indésirable qui impacte la faune et la flore, celle qui est dirigée vers le ciel ou vers toute autre direction non souhaitée à l’origine par exemple de la lumière intrusive dans les logements.


Vidéo qui explique ce que l’on apprend de la vision nocturne de la Terre depuis l’espace.

 


Aller plus loin…
D’après : Article « Paris, Berlin, New York : voyez comment les villes éclairent l’espace » – magazine L’Obs avec Rue 89 <lien : http://rue89.nouvelobs.com/2015/01/14/paris-berlin-new-york-voyez-comment-les-villes-eclairent-lespace-257075> – Thibaut Schepman, 14/01/2015
Crédits images : Nasa

2 commentaires

  1. Ping :TOP 10 de l’éclairage des villes françaises vues de l’espace par Thomas Pesquet – Eclairage Public – Éclairage urbain – Conception lumière > EclairagePublic.eu

  2. L’avez-vous reconnue ? Sur la première vidéo la France est survolée à 1:03 !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *